Blog Palmer International

Recruter, le premier acte de management

Manager c'est décider. La quintessence de la prise de décision, c'est de recruter un collaborateur.

Pourtant recruter ne s'apprend dans aucune école alors que la première richesse d'une entreprise se trouve dans l'humain.

C'est pourquoi, pour une marque ambitieuse, un bon recrutement n'a pas de prix.

 ***** 

Pas vu, pas prix

Ce qui coûte cher, c'est un recrutement raté car il a un impact direct sur l'activité de l'entreprise, surtout si c'est une petite structure. Il envoie un message négatif en interne comme à l'extérieur et c'est une nouvelle recherche qu'il faut remettre en route.

Recruter, un métier comme un autre.

Vous avez un expert-comptable, un service de nettoyage ou une agence de communication : ce sont des prestataires externalisés, des spécialistes reconnus que vous avez choisis. Le recrutement aussi exige des compétences qui ne sont pas votre cœur de métier et vous empêche de vous concentrer sur votre activité. A vous la définition du poste et du profil, puis le choix parmi les trois ou quatre dossiers sélectionnés. Au cabinet de recrutement les missions d'identification, de sélection, de rencontre et de séduction des candidats.

Le manager, mais aussi les RH

Leur implication dans le recrutement de vos équipes est un facteur crucial de la réussite. Le monde de l'emploi est sans cesse en mouvement : complexité croissante des postes, importance de l'intuitu personae dans l'attraction et la confirmation des candidats, diversification des profils, mobilité professionnelle accrue … Le partage du travail entre managers et RH est redéfini.

Les RH vont également collaborer étroitement avec le cabinet de recrutement, qui va fluidifier cette collaboration en intermédiaire averti qui « fait passer les messages » au manager.

L'acte engageant par excellence

Le cabinet présente des candidats et échange avec le manager sur chacun d'entre eux mais n'intervient pas dans le processus de décision. C'est donc au manager, avec ses convictions et son courage, de se déterminer. Même lorsque le choix est collectif, le recrutement reste une décision personnelle que le manager assume : vis-à-vis du candidat, qui devra quitter son employeur, ou choisir son offre de préférence à d'autres propositions. Et vis-à-vis de son entreprise qu'il engage et implique totalement.

C'est une partie de son travail à très forte exposition. D'un recrutement réussi, le manager tirera avantages et félicitations alors qu'il sera fragilisé par un recrutement raté.

Intégrer la nécessité de l'accueil

L'intégration prolonge le recrutement, c'est pourquoi le cabinet est encore impliqué jusqu'à la fin de la période d'essai. S'il contribue à fluidifier les premiers pas du candidat dans l'entreprise, il passe le relais au manager, qui devra prévoir un véritable parcours d'intégration autour de la découverte du poste, des collègues mais aussi d'échanges plus larges et conviviaux.

Le fait managérial c'est de décider, et le recrutement un acte fondateur.

Chaque recrutement est un enjeu : le risque est total à chaque fois. Le manager travaille avec son ressenti autant que sur des éléments plus factuels, bien conscient qu'il ne fait que projeter ses espoirs sur un candidat, qui n'est pas une machine programmable et prévisible.

0
La raréfaction des candidats
Ce en quoi nous croyons

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
jeudi 19 avril 2018