Blog Palmer International

Dress code … dress cool

Les temps changent. Même le réchauffement climatique impacte la façon dont vos collaborateurs s'habillent ; l'atmosphère des bureaux est conditionnée par une coolitude ambiante qui redéfinit les codes vestimentaires. Combien de fiers costumes portent le deuil de cravates tombées au champ d'honneur ? Pourtant chaque société possède son propre dress code qui définit le rôle, la position et la personnalité de ses membres.


Start-ups … dress cool
L'irruption des start-ups dans le paysage économique a changé la donne. Tables de ping-pong, directeurs du bonheur, tongs et bermudas, les jeunes des générations Y et Z ont imposé leur mode de vie empreints d'une apparente décontraction. Mais porter un teeshirt n'empêche pas de se relever les manches.
Leur univers, qui est devenu aussi normé qu'une entreprise du CAC 40, a déteint sur tous les secteurs de l'économie. A-t-on vu un startuper venir dans son coworking en costume sans se le faire tailler ?

Casual day … Friday wear
Le vendredi, même les grands cabinets d'audit ont pris le pli, mais la chemise blanche reste de rigueur. Le casual day s'est vite transformé en casual smart day. Comme une équipe de foot, pas question de perdre le contrôle de son vestiaire. La prise de risque reste mesurée, encadrée, sanctionnée même, pour celui qui s'aventurerait au bureau en chemise rose. Casual oui, négligé, non.

Cravate … pas cool
La cravate reviendra-t-elle ? Telle est la grande question. Mais pour l'instant, elle est le plus souvent placardisée comme un vulgaire présentateur télé. Si elle s'accroche encore à nos porte-manteaux dans l'attente d'un rendez-vous important, elle est souvent plus un accessoire de mode qu'une obligation, sauf dans des secteurs comme la banque ou l'audit. Mais elle reste cependant l'expression d'un pouvoir ou un signe de respect pour votre interlocuteur. Le dilemme éternel : le client avec qui vous avez rendez-vous en porte-t-il une ?

Habit … habitude
Le dress code est une convention non écrite passée entre l'entreprise et ses collaborateurs. Pas de mode d'emploi, pas de règles gravées dans le marbre, en dehors de quelques secteurs bien connus. Sans être l'ennemi de la liberté il définit un ensemble de règles et aide à trouver chaussure à son pied. La garde-robe a besoin d'un garde-fou qui aide à trouver le ton juste. Même si la barrière entre tenue de loisirs et tenue professionnelle s'estompe, le vêtement n'émet pas les mêmes signaux.

Uniforme … unité
Les entreprises ont toujours entretenu un fort sentiment d'appartenance. Le vêtement reste la colonne vertébrale qui rassemble et unit l'ensemble de son personnel, hommes et femmes confondus et qui raconte une histoire commune.
Jusqu'où la suivre sans tomber dans le panurgisme ? L'idéal serait de maîtriser les codes pour pouvoir en jouer et cultiver sa propre personnalité, en accord avec la tonalité de son milieu professionnel et de son entreprise.

Bien habillé … bien être
Nous cherchons de plus en plus une forme de confort au travail pour pouvoir nous épanouir et nous affirmer. Un dress code cohérent entre l'entreprise et les aspirations de ses collaborateurs fait partie du processus d'intégration. Il développe un sentiment de confiance et d'appartenance qui nous aide à nous sentir à l'aise et à créer un respect mutuel avec nos pairs.


L'habit ne fait pas le moine, mais il permet d'entrer au monastère … de s'y sentir bien et d'y rester
0
J’achète mon job !
A circonstances exceptionnelles, solution simple

L'utilisation de ce site implique l'utilisation de cookies nécessaires à son bon fonctionnement. Ils sont stockés 60 jours.