Blog Palmer International

Deux de couple avec barreur

Deux de couple avec barreur
Embarquer un candidat fraîchement embauché est le challenge de toute entreprise qui recrute.

Le manager l'intègre : il lui donne toute sa place, l'accueille, le valorise pour qu'il soit performant.

Le collaborateur s'intègre : il s'implique, s'installe, s'informe afin d'être opérationnel.

*****

Voilà l'entreprise à la barre, le manager à la manœuvre et le nouveau collaborateur souquant ferme, tous dans le même bateau.

Hisser les voiles pour une nouvelle aventure

Le premier acte d'un nouveau collaborateur c'est de repartir à zéro en faisant le deuil de son ancien poste pour s'investir dans le nouveau. Il ne doit d'ailleurs pas davantage faire référence à sa vie d'avant qu'idéaliser sa nouvelle vie professionnelle.

Des conditions de navigation changeantes

Le marché de l'emploi en France est le plus dynamique d'Europe : il se traduit par une forte mobilité et des disparités importantes, qui impactent le rapport au travail : l'âge du candidat, son ambition et l'avancement de sa carrière, la taille de l'entreprise et son organisation, le nombre et le rythme de ses embauches, sa localisation entre l'Île de France et les régions …

Eviter les galères

L'intégration est la dernière étape du processus de recrutement. Le cabinet et les RH demeurent impliqués jusqu'à la fin de la période d'essai et veillent à la bonne incorporation du candidat. Celui-ci aura préparé son arrivée lors de son recrutement : le candidat qui est recruté est bien souvent celui qui a pensé et osé poser les bonnes questions.

L'entreprise donne le cap

L'importance de l'intégration dans le processus du recrutement, surtout si ce sont les RH qui l'ont initiée, n'est pas toujours perçue. Or, un parcours d'intégration formalisé – et suivi – facilite l'arrivée du collaborateur en lui donnant une vision détaillée et objective de l'entreprise. La présence d'un référent désigné pendant les 15 premiers jours sera également une aide précieuse.

Le manager prépare la traversée

L'accueil d'un collaborateur s'anticipe. Une prise de contact pour lui présenter l'équipe, les locaux, son bureau, son ordinateur et sa connexion aux outils informatiques faciliteront son arrivée. Les premières heures, comme dans toute relation, donnent le ton et posent leur empreinte sur le rapport que le salarié entretient avec l'entreprise et son manager. Un bon accueil ne coûte rien, mais une mauvaise intégration risque de faire douter à un bon candidat, surtout s'il est courtisé.

Le collaborateur trouve tout de suite sa place à bord

Un recrutement correspond le plus souvent à un besoin immédiat : un nouveau collaborateur doit donc être rapidement opérationnel tout en travaillant à son intégration. Au-delà du savoir-vivre et du bon sens, il s'approprie les codes de sa nouvelle structure en épousant ses usages professionnels et conviviaux. L'intégration est un équilibre réussi entre le naturel et l'acquis.

La cohésion pour naviguer ensemble

Un nouveau collaborateur a perdu le confort que ses habitudes et son réseau lui procuraient. Il doit reconstruire son environnement pour se projeter dans une nouvelle aventure, avec un manager qui l'a choisi et mise sur lui. L'entreprise, le manager et le collaborateur interagissent pour trouver le meilleur mode de fonctionnement. De la capacité de ces trois parties à travailler et vivre ensemble dépend la réussite de l'intégration. La qualité de leur relation sera le socle de leur réussite commune.
0
La carte senior remonte en tête de train
Et Dieu créa le cv

Sur le même sujet:

L'utilisation de ce site implique l'utilisation de cookies nécessaires à son bon fonctionnement. Ils sont stockés 60 jours.